in

La grenade : ses bienfaits, propriété et valeur nutritionnelle

La grenade est un superfruit méconnu qui mérite pourtant son quart d’heure de gloire – et même plus ! En effet, elle possède un goût à la fois sucré, rafraîchissant et acidulé qui réveille les papilles. De plus, elle est riche en antioxydants et en anti-inflammatoires puissants qui favorisent la santé cardiovasculaire, la mémoire et une tension artérielle saine. Curieux de percer tous les secrets de la grenade ? Découvrons ensemble ses propriétés ainsi que les bonnes raisons de la privilégier dans notre alimentation.

Qu’est-ce que la grenade ?

La grenade est l’un des fruits les plus sains de la planète. Elle est issue du grenadier (Punica granatum), un arbre appartenant à la famille des Lythraceae et au genre Punica. C’est une baie ronde à la peau assez dure contenant des graines enrobées d’une pulpe de couleur rubis appelées arilles

La pomme granuleuse – comme on la surnomme parfois – a vu le jour en Perse, il y a plus de 5 000 ans. Toutefois, sa culture s’est rapidement répandue dans le bassin méditerranéen, puis s’est étendue à l’Inde, à l’Afghanistan et à la Chine.

Il en existe de nombreux types, qui diffèrent selon la taille, la couleur, la texture et le goût. En effet, les arilles peuvent être plus ou moins sucrés.

Les variétés les plus connues sont :

  • les grenades Valenciana et Dente di Cavallo (sucrées)
  • les grenades Acco et Wonderful (aigre-douces)

Les bienfaits de la grenade

Difficile de trouver un fruit plus riche en nutriments que la grenade. Et pour cause !

Elle constitue un véritable concentré d’antioxydants redoutables tels que l’acide punicique et la punicalagine. Pour rappel, ces substances contribuent à protéger les cellules contre les dommages causés par les radicaux libres. 

Pour les mêmes raisons, elle agit efficacement contre l’inflammation.En effet, outre le vieillissement cellulaire, les radicaux libres sont aussi responsables de l’inflammation chronique. Ce processus peut aboutir à des affections graves telles que le diabète, la polyarthrite rhumatoïde et la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI). 

Elle prévient également les risques des cancers du sein et de la prostate. Deux études affirment que le jus de grenade a la capacité de ralentir la croissance et même de tuer des cellules cancéreuses en culture. Bien que les recherches soient encore au stade préliminaire, ces résultats encouragent davantage à faire de la grenade notre alliée santé.

Autre atout, elle améliore la tension artérielle et plus largement, la santé cardiovasculaire. Les antioxydants empêchent notamment le mauvais cholestérol « LDL » de s’oxyder. Ce phénomène débouche sur l’athérosclérose, c’est-à-dire une accumulation de plaques graisseuses sur les parois des artères. À terme, cela peut déboucher sur un infarctus du myocarde et un accident vasculaire cérébral (AVC).

Bon à savoir, la grenade stimule la mémoire. En effet, la punicalagine qu’elle renferme aide à améliorer les performances cognitives et à prévenir la maladie d’Alzheimer.

Enfin, elle donne un sérieux coup de pouce au système immunitaire. Elle est chargée en vitamine C qui améliore les défenses naturelles en boostant la production d’anticorps.

Est ce que les pépins de grenade se mangent ?

Tout le monde n’aime pas ça, mais vous pouvez tout à fait manger les pépins de grenade qui sont très riches en acide punicique,  un acide gras polyinsaturé oméga 5 conjugué de structure proche de l’acide linolénique. Cet acide gras rare est réputé pour ses vertus anti-inflammatoires puissantes.

Calories et valeur nutritionnelle

100 g de grenade apportent : 

  • 63 kcal
  • 0,5 g de protéines
  • 0,2 g de graisses
  • 16 g de glucides
  • 16 g de sucres simples
  • 2,2 g de fibres 

En outre, les principales vitamines contenues dans la grenade sont la vitamine C, la vitamine K et les folates.

Notez que 100 g de ce fruit fournissent également 40 % des apports journaliers recommandés (AJR) en vitamine C.

Comment cultiver le grenadier ?

La culture du grenadier est assez facile, car c’est une plante capable de s’adapter à de nombreux climats. Il est toutefois nécessaire de le placer dans un endroit abrité pour qu’il soit protégé du gel pendant la saison hivernale.

Il est préférable de le planter dans un sol profond, non-argileux et riche en nutriments. Il n’aura besoin d’être arrosé que pendant les deux premières années de sa vie.

Selon la variété, sa saison de croissance s’étend entre fin septembre et fin novembre – date à laquelle les fruits mûrs peuvent être récoltés. 

Bibliographie et sources